Les races qui gagnent

Allemandes, hollandaises, françaises, certaines races sont sélectionnées pour gagner. En concours d'obstacles, dressage et concours complet, elles raflent les médailles. De véritables machines à sauter les barres ou à piaffer.

Le Trakehner, la star des carrés de dressage

Histoire : la race a été créée au début de XVIIIe siècle, en Prusse, à partir de poneys indigènes, qui descendaient du tarpan primitif, croisés à des pur-sang anglais et arabes. Autrefois élevé pour la guerre, ce cheval allemand s'est transformé plus tard en grand sportif.

Standard : il mesure entre 1,60 et 1,68 m. Sa robe est unie, de n'importe quelle couleur. Les membres sont musclés, les articulations larges et sèches, les canons courts. Longue et bien dessinée, l'encolure est soutenue par des épaules robustes. La tête est effilée, le front large, le profil rectiligne, les oreilles longues et dressées, les yeux vifs et bien écartés.

Utilisations : son élégance et ses allures amples et régulières le font briller dans de nombreuses reprises de dressage. Grâce à son arrière-main musclée, il excelle également en CSO et en cross.

Caractère : intelligent et volontaire. Il est très vif et a une bouche sensible. Son dressage exige tact et patience.

Le trakehner est un cheval courageux et très résistant. Très proche du pur-sang arabe, il possède de nombreuse qualités.

Avis : a ne pas mettre dans toutes les mains.

Les stars : en dressage

Marlon monté par Marie-Hélène Syre, Biotop (l'Allemand Rainer Klimke), TCN Partout (l'Allemand Anky van Grunsven).

en CSO

l'étalon gris Abdullah (l'Américain Comrad Homfeld), Danau Monarch (l'Allemand Burkhard Walter).

Le Holstein, la grande classe

 Histoire : descendant d'un cheval primitif qui vivait dans les milieux marécageux, c'est le plus vieux des demi-sang allemands (XIIIe siècle). Grand et fort, il était utilisé dans l'agriculture et les transports avant de devenir plus tard un cheval de bataille et de tournois. Du sang trackehner et de pur-sang anglais en ont fait un cheval de compétition.

Standard : grand et charpenté, il toise entre 1,63 et 1,73 m. Son arrière-main est puissante et large, les antérieurs bien écartés, les épaules longues et obliques, l'encolure musclée au port noble. Sa tête présente un profil rectiligne, des oreilles longues, des naseaux larges. Sa robe est simple : baie, alezane, noire, grise.

Utilisations : il est à la fois un excellent sauteur et un cheval de dressage de grande classe. Grâce à ses qualités de vitesse et d'endurance, il se distingue en cross. C'est également un beau modèle d'attelage.

Caractère : Courageux et énergique, il a bon caractère.

Avis : Polyvalent, il convient à toutes les disciplines équestres et montre de la bonne volonté au travail.

Les stars : en dressage

Lucky Lord et Corlandus (Margit Otto-Crépin).

En CSO

Meteor (l'Allemand Fritz Thiedemann),Calvaro 005 (le Suisse Willy Metlliger).

Le Oldenbourg, un cheval imposant

Histoire : créé au XVIIe siècle par le comte Anton Günther von Oldenbourg, il descend du frison et a reçu des apports de sang andalou, napolitain, barbe, pur-sang, hanovrien, normand et anglo-normand.

Standard : c'est le plus grand et le plus lourd des chevaux de selle allemands. Sa poitrine est très profonde, sa croupe ample, ses membres forts, ses pieds grands et solides. Les robes les plus communes sont le bai-brun, le noir et le bai.

Utilisations : il n'est pas conçu pour la vitesse, mais c'est un excellent sauteur. Ses allures élastiques et bien rythmées en font un cheval de dressage de premier ordre.

Caractère : Docile mais énergique, son cavalier peut toujours compter sur lui.

Avis : il convient particulièrement bien à des cavaliers lourds et corpulents, plus spécialement en dressage.

Les stars : en dressage

Bonfire (la Hollandaise Annie Van Grunsven).

En CSO

Weihaiwej (l'Allemand Franke Sloothaak).

En complet

Bantu (monté par l'Allemande Simone Richter).

Le KWPN, la race qui monte

 Histoire : le KWPN (Koninklijk Warmblood Paardenstamboek Nederland) ou hollandais à sang chaud est un demi-sang issu de deux races hollandaises, amélioré par un rapport de pur-sang, et par des croisements avec des races françaises et allemandes. Son élevage est rigoureusement sélectif. Seuls les chevaux ayant de réelles qualités physiques et un bon tempérament sont admis comme reproducteurs.

Standard : il toise entre 1,65 m et 1,72 m. Les épaules sont muscléeset obliques ; le dos court et droit, l'arrière-main puissante. L'encolure est musclée et bien attachée. Les yeux sont vifs et intelligents, les oreilles sont mobiles, les membres allongés et robustes, les pieds solides. Il est le plus souvent bai ou bai-brun. 

Utilisations : demi-sang de type léger, près du sang, il brille dans toutes les disciplines : sauts d'obstacle, dressage, attelage.

Caractère : il est à la fois doux et énergique, gentil et intelligent, et enfin, calme. En plus, il est courageux. Bref, c'est une perle !

Avis : facile à monter, il convient parfaitement aux cavaliers amateurs ou débutants. Mais c'est aussi un cheval de sport de haut niveau.

Les stars : en dressage

Arnoldo Thor (Dominique d'Esmée).

En CSO

Ratina Z ( l'Allemand Ludger Beerbaum), Voltaire (hubert Bourdy)

Les allemands dominent

Les cinq races allemandes les plus importantes : oldenbourg, westphalien, holstein, trakehner, hanovrien dominent les sports équestres. Toutes portent le nom de leur région d'origine. Massifs et résistants, les chevaux allemands ont de gros moyens et, surtout une sacrée volonté de gagner. Leur moral à toute épreuve leur permet de supporter une importante et intense dose de travail.

Les races françaises au plus haut niveau

Les races françaises n'ont rien à envier aux races allemandes et hollandaises, sauf en dressage. En CSO et en CCE, elles font partie des plus performantes. Parmi les selle français : Rocher M (Alexandra Ledermann), Quito de Baussy (médaille d'or sous la selle d'Eric Navet est maintenant un géniteur qui s'exporte dans le monde entier), Quidam de Revel (ex-Hervé Godignon vendu au Danemark), Thor des Chaînes (Thierry Pomel), etc. Parmi les anglo-arabes : Twist la beige (Jean-Lou Bigot), Tandresse de Canta (Koris Vieulles), Cook de Midour (Alexandra Ledermann)... Impossible de les citer tous !

Commentaires (3)

1. Gaelle 10/05/2009

je recherche une race qui pourrais etre bonne dans tous les domaines alors je demande conseil Merci de pouvoir m'aider !

2. Céline 11/05/2009

Bonjour!
Alors, le selle français fait parti des chevaux polyvalents et plus facile à trouver. Après cela dépend de vos gouts !

3. mike 17/06/2010

je cherche un cheval intelligent, gentil et attentif pour pratiquer en tant que paraplégique (grande taille et du coup plutôt lourd : +/-90 kg) surtout au dressage...

merci pour vos conseils...

nb : je suis fan des purs sangs arabes mais je crains que mon gabarit ne soit pas adapté pour eux

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site