Les races lourdes en France

Ces "Gros pères", comme on les appelle gentiment, gagnent à être connus. On les confond parfois car ils occupent rarement le devant de la scène et l'on en trouve peu dans les clubs.Et pourtant, chacune des neuf races françaises est bien différente des autres.

 

L'Ardennais

 On pense que les ancêtres de l'ardennais sont les chevaux de Solutré, qui vivaient dans la vallée de la Saône, cinquante mille ans avant Jésus-Chrit. Impressionnant par sa puissance, sa masse et son imposante ossature, ce cheval atteint en moyenne 1,60 m au garrot. Sa force l'a prédisposé au dur travail de la terre dans le Nord et dans l'Est de la France. De nos jours, les ardennais sont plutôt rares. On ne compte qu'un peu plus d'un millier de juments reproductrices.

Il peut être bai ou rouan, mais aussi alezan, gris, aubère et isabelle. 

L'Auxois

 Comme le cheval ardennais, l'auxois descend des chevaux de Solutré, mais il est plus grand que son cousin : 1,60 à 1,68 m au garrot, et il pèse une tonne à l'âge adulte. Comme tu l'imagines,il est très costaud, et on l'apprécie évidemment pour l'attelage et le débardage. Malheureusement, cela ne suffit pas à maintenir la race, qui menace de disparaître.

L'auxois a le plus souvent une robe baie ou rouanne. Elle peut parfois être alezane ou aubère.

Le Boulonnais

 On le surnomme "le pur-sang des lourds", car il est considéré comme le plus racé des chevaux de trait français. Il mesure 1,55 m à 1,70 m au garrot, pour un poids moyen de 800 à 900 kg. Selon la légende, ses ancêtres auraient servi dans la cavalerie de l'empereur romain Jules César lui-même. Au cours des siècles, ils ont été croisés de nombreuses fois avec des chevaux arabes, ce qui leur a donné beaucoup d'élégance. Le boulonnais a l'oeil vif, les oreilles dressées, les naseaux ouverts. Son encolure épaisse est surmontée d'une crinière fournie, comme la queue. Un large poitrail, des membres forts et des muscles bien dessinés achèvent le tableau. Jusqu'à la mécanisation, les boulonnais ont été utilisés pour transporter les poissons de Boulogne-sur-Mer (d'où leur nom) à Paris ainsi que pour les travaux des champs. Mais avec l'arrivée des véhicules à moteur et du chemin de fer, leurs effectifs se sont considérablement réduits. A titre d'exemple, l'année 1992 a vu naître un peu plus de 250 poulains boulonnais, ce qui est nettement insuffisant. 

Le Cob Normand

 

Il est né en Normandie au début du siècle. Deux haras réputés, celui de Saint-Lô et celui du Pin avaient en effet décidé de creer un cheval destiné à l'attelage léger, pour les fiacres ou les petites voitures. C'est le plus petit gabarit des chevaux lourds : il ne pèse "que" 500 à 800 kg, mais il peut toiser jusqu'à 1,70 m au garrot. Il se différencie des autres chevaux de trait par son poitrail moins puissant et ses membres plus fins. Son modèle léger a fait de lui un cheval des villes et on l'a plus souvent attelé au fiacre qu'à la herse. 

Le Comtois

 

Originaire de Franche-Comté et du Jura, le comtois a été croisé avec les chevaux de l'empereur espagnol Charles Quint, ce qui lui a donné un petit air oriental. Comme le cob normand, le comtois est un cheval de trait léger. Il mesure 1,50 m à 1,60 m au garrot et pèse de 600 à 800 kg. Sa robe est assez caractéristique : alezane, baie ou noir avec souvent les crins lavés. La race comtoise est l'une des plus présentes en France, avec plus de 10 000 chevaux.

Le comtois est utilisé pour le débardage du bois, et l'entretien des forêts et des vignobles.

Le Trait Breton

 

 On distingue deux types de traits bretons : le modèle lourd, qui était destiné aux travaux des champs, et le modèle léger, appelé postier breton, très efficace pour tracter les diligences et les voitures de poste. Les croisés et les Templiers appréciaient ce cheval pour sa rapidité, son endurance et sa souplesse. Au cours des siècles, il fut croisé avec des chevaux arabes, mais également anglais. D'une taille relativement modeste ( de 1,57 m à 1,60 m au garrot), le trait breton est réellement lourd : entre 900 et 950 kg ! Son petit frère, le postier breton, pèse entre 750 et 900 kg. C'est le cheval de trait le mieux représenté en France : 3 066 juments reproductices ont été dénombrées en 1995.

Il a un tempérament docile et une grande capacité d'endurance.

Le Trait Mulassier

 

 La race mulassière a pour principale fonction la mise au monde de mules et de mulets. En effet, ceux-ci ne peuvent pas se reproduire entre eux, car ce sont des races stériles, comme tous les animaux hybrides. Le croisement entre une jument et un baudet est la seule façon d'obtenir une mule ou un mulet. Ils ont été très appréciés au cours des siècles comme animaux de bât pour l'armée, les travaux des champs ou les transports de marchandises, notamment en montagne, car ils ont le pied très sûr et un remarquable sens de l'équilibre. Les acheteurs faisaient le voyage depuis la Suisse, l'Italie, l'Espagne ou les pays du Maghreb pour s'approvisionner en mules et mulets. Aujourd'hui, les mulets ne sont plus aussi recherchés et les traits mulassiers sont  menacés d'extinction. Ils ne représentent plus que environ 1 % des chevaux lourds français. Le trait mulassier est surtout élevé dans le Poitou, où on le croise avec des baudets du Poitou, mais on en trouve aussi dans les Alpes et les Pyrénées. Il mesure 1,65 m à 1,70 m et son poids peut aller jusqu'à 1 100 kg !

Le trait mulassier est un cheval plutôt calme. Il est fort, mais contrairement aux apparences, il est facile à manipuler.

 Le Trait du Nord

 

 Voici un cheval qui mérite largement son appellation de "lourd" : il pèse environ 900 kg ! Mais sa haute taille (environ 1,65 m) lui permet de répartir harmonieusement cette masse. Très costaud, il a longtemps travaillé dans les grandes plaines céréalières et betteravières du nord de la France. Malgré sa puissance, le trait du Nord a beaucoup souffert de l'arrivée de la voiture et du tracteur. Aujourd'hui, il fait partie des races en péril avec moins de 1 000 juments reproductrices. 

Le Percheron

 

 Bien connu pour sa robe gris pommelé, le percheron peut aussi être noir. Né dans le Perche, une région de l'Ouest de la France, il a été employé à tous les travaux, que ce soit dans les champs de blé ou sur les champs de bataille. Ainsi, au VIIe siècle, il a combattu les Sarrasins aux côtés de Charles Martel et de son armée. Après leur victoire, les soldats français ont capturé des chevaux arabes dans le camp ennemi. Séduits par la finesse et l'élégance de ces chevaux étrangers, ils les ont croisés avec le percheron. On reconnaît l'influance du sang arabe dans sa tête fine, son front large et ses oreilles longues et bien ourlées. Aujourd'hui, le percheron est souvent élevé pour sa viande, mais l'attelage de loisir et de compétition et le débardage lui offrent de nouveaux débouchés. De plus, il est très populaire aux Etats-Unis et au Japon.

Il est très populaire de par sa gentillesse et son ardeur au travail. C'est un cheval intelligent et très maniable. 

Commentaires (3)

1. kimou 21/03/2009

je pense prendre une pouliche boulonnais croisée percheron. Elle estde couleur grise foncée.

Quelle hauteur définitive pourrait-elle avoir ainsi que la couleur?

Bien cordialement.

2. m 27/04/2011

trés bien mais il manque le nombres exacte qu'il y a en françe pour chaque raçe

3. justine (site web) 03/05/2011

franchement qu'est-ce qu'on ferai sans chevaux on pourrai pas vivre les chevaux et les autres animaux c'est notre vit si on a un animal qu'on tien a coeur et malheuresement il/elle meurent notre vit et foutu on est triste est moi j'ai deux animaux que je tien a coeur un chevak et un chien si hien avait un qui meurent je pleurerai jusqu'a la fin des temps alors protegons les animaux ne les tuer pas que se soit avec un fusil ou alorsen l'ecrasant et arreter avec votre polusion vous poluer tout le monde avec sa alors au lieu d'allez avec votre voitureau travail allez en velo et surtout si vous voyez un cheval se sauvez ne le TUER surtout pas laisserle sans allez il retrouvera son chemin tout seul c'est se que j'avais a dire et je ne reviendrai pas sur ma vois

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site