Les parasites intestinaux

Tous les chevaux hébergent des parasites dans leur estomac et leurs intestins. En faible quantité, ils affectent à peine leur santé, mais une infestation massive représente un réel danger. Généralement, les oeufs des vers sont disséminés par les crottins dans la pâture. En broutant, les chevaux les absorbent. Les vers se développent dans leur système digestif.

Un cheval fortement parasité souffrira d'une perte de condition physique, maigrira, fera de l'anémie ou des coliques.

Tout propriétaire d'un cheval doit suivre un programme annuel régulier pour faire évacuer les vers intestinaux. Les principaux parasites internes des chevaux sont les nématodes (vers ronds), une vaste famille qui comprend les strongles (les plus courants), les oxyures, les ascaris et les anguillules ; les cestodes (vers en forme de ruban), dant le type principal est la grande douve du foie. Les larves de gastrophiles (une mouche qui pond ses oeufs sur la robe du cheval) vivent dans l'estomac.

On trouve différents vermifuges, adaptés à la saison et aus types de vers, chez le vétérinaire, qui conseillera un programme de traitement. Les différents vermifuges se présentent sous la forme d'une pâte que l'on dépose sur la langue du cheval avec une seringue.

En règle générale, les chevaux et les poneys doivent prendre un vermifuge au moins quatre fois par an, voire toutes les huit à dix semaines. Tous les animaux vivants dans le même environnement doivent être traités en même temps.

Tout nouveau cheval arrivant dans une écurie doit être éloigné des autres 48 à 72 heures, le temps nécessaire au transit intestinal complet.

Il faut, en outre, ramasser les crottins dans les pâtures au moins deux à trois fois par semaine, et les stocker en tas. Ce fumier ne doit pas être épandu sur des herbages destinés à des chevaux.

Faire pâturer des moutons ou des vaches dans les prairies des chevaux diminue la charge parasitaire. En effet, ces espèces ne sont pas affectées par les vers des chevaux et les digèrent.

Certains chevaux n'apprécient pas le goût du vermiguge, ni la seringue dans leur bouche. Il faut les habituer progressivement, avec une seringue vide, en les touchant avec autour de la bouche. On peut aussi tremper la seringue dans du sirop de sucre jusqu'à ce que le cheval accepte de l'avoir dans la bouche.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×