Les ancêtres du cheval

D'après les fossiles découverts, le plus ancien ancêtre du cheval remonte à environ 55 millions d'années. Appelé Eohippus, ou "cheval de l'aube", c'était un petit mammifère de la taille d'un renard. Il avait quatre doigts aux pattes avant et trois aux pattes arrière.

Au cours des millénaires, ce petit cheval primitif a évolué. Il a perdu tous ses doigts pour n'en conserver qu'un seul, transformé en sabot. Ses membres se sont allongés pour lui permettre de parcourir de vastes régions à la recherche de nourriture, et d'échapper aux prédateurs.

Animaux nomades et grégaires, les chevaux vivaient en troupeaux, gage de sécurité. Au cours du temps, ils se déplacèrent à travers les continents. En s'adaptant à différents climats et habitats, ils se différencièrent en plusieurs types.

Les climats chauds donnèrent naissance à des chevaux fins et résistants, capables de suporter des températures extrêmes. Les climats froids et humides ou les zones montagneuses engendrèrent des types plus trapus et rustiques.

L'évolution du cheval fut progressive. Il lui fallut des millions d'années pour s'adapter à des conditions de vie en perpétuel changement.

Eohippus

L'ancêtre le plus lointain du cheval est l'Hyracotherium (en Europe) ou Eohippus (en Asie) ; il mesurait environ 40 cm (pas plus gros qu'un lièvre), se nourrissait essentiellement de feuilles et vivait caché craintivement dans la forêt.
Il
était capable de se déplacer rapidement sur de longues distances ce qui lui a permis d'émigrer en Eurasie.
Il possédait quatre doigts aux membres antérieurs et trois aux membres postérieurs.

Mésohippus

Ensuite vint le Mesohippus, plus grand que l'Hyacotherium et l'Eohippus, avec de plus hautes pattes et trois doigts sur chacune au lieu de quatre.
Les fôrets se clairsemant et les sols devenant plus secs et plus durs, Mesohippus, pouvait parcourir de longues distances.

Parahippus

Il a été retrouvé en Amérique centrale. Il mesurait 80 cm de hauteur. Il s'adapta à la vie des steppes.

Merychippus

Il représente un stade plus évolué que le parahippus, avec une hauteur de 89 cm et trois doigts au pied. Positionné initialement en Amérique centrale et du Nord. Il émigre vers l'Europe.

Pliohippus (encolure plus longue pour brouter)

Il est avec l'hipparion le seul représentant au monde de la famille des équidés. En ce qui concerne sa denture et ses extrémités, cette éspèce est la plus voisine de nos chevaux actuels. Il mesure 113 cm et un doigt au pied (solipède). Il n'a été retrouvé qu'en Amérique du Nord.

Equus (membres allongés pour courir)

Le véritable cheval sauvage, qui vit encore parmi nous, est le dernier maillon de la chaîne, avant que l'homme ne commence à domestiuquer le cheval. Il mesure 135 cm.

Au Pléistocène, il semble que le genre Equus s'étendait de l'Amérique du Nord à l'Eurasie, à l'Afrique et à l'Amérique du Sud. Par la suite, les chevaux indigènes d'Amérique s'éteignirent, probablement du fait de maladies. Les cavernes d'Europe indiquent que les chevaux étaient abondants sur ce continent au début de l'âge de pierre. On a trouvé des squelettes démembrés de chevaux, dans ces cavernes et aux alentours, en nombre suffisant pour conclure qu'ils étaient fréquemment tués et mangés. Au Néolithique, alors que l'Europe était largement boisée, le nombre de chevaux déclina de manière importante.

Les chevaux à "sang chaud" des climats arides avaient le poil fin et étaient très rapides, tandis que ceux à "sang froid" des zones plus froides, étaient forts et calmes et avaient le poil épais.

Il y a plus de 5 000 ans, des tribus nomades de la steppe eurasienne commencèrent à domestiquer le cheval. Elles l'élevaient pour sa viande et son lait et l'utilisaient également comme moyen de transport. Des restes de l'âge de bronze, comprenant des mors et d'autres pièces de harnais, démontrent clairement que les chevaux étaient déjà domestiqués à cette époque.

Tous les chevaux domestiques existants de nos jours ont des ancêtres communs et appartiennent à la famille Equus Caballus.

Durant des siècles, les chevaux ont été utilisés par l'homme dans l'agriculture, l'industrie, la guerre, pour le plaisir et le sport.

Aujourd'hui, il existe plus de 150 races de chevaux et de poneys.

Certains chevaux qui n'appartiennent pas à une race spécifique, sont qualifiés de types, comme le Hunter (cheval de chasse) et Cob, par exemple. Un Hunter doit être un bon sauteur, capable de porter un cavalier durant une journée de chasse à travers la campagne. Le Cob, généralement robuste et calme, combine les mailleures qualités d'un cheval et d'un poney.

Commentaires (2)

1. lila 07/06/2011

j'adore ce site il est super génial

2. caillon bernard 02/10/2012

Je trouve cet exposé clair, bien présenté, à la fois sérieusement documenté et agréable. Bravo.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site